Construire biosourcé – #01 Décryptage


Qu’est-ce qu’un matériau bio-sourcé ?

Les matériaux biosourcés sont issus de la biomasse d’origine animale ou végétale.
Dans le bâtiment, les matériaux biosourcés les plus utilisés sont le bois, la paille, la chènevotte (chanvre), la ouate de cellulose, le liège, le lin et la laine de mouton.
Mais d’autres sources se développent : par exemple la plume, le tissu ou la paille.
On parle parfois aussi de biomatériaux ou d’agro-ressources.
Ces matériaux peuvent être utilisés dans la construction gros-oeuvre (clos-couvert) mais aussi pour les corps d’état secondaire comme les revêtements de surfaces, les faux plafonds, ou les surfaces décoratives.
C’est par le Grenelle de l’environnement de 2007 que le premier plan du Gouvernement français pour les filières de matériaux biosourcés a été lancé, en parallèle au plan spécifique de la filière bois.
À la suite de cela, le label « Bâtiment biosourcé » a été mis en place, en 2012, par les pouvoirs publics afin de valoriser l’utilisation des matériaux et produits de construction biosourcés.
Dans cette continuité la Loi de transition énergétique pour la croissance verte (2015) confirme cet engagement au développement de la filière de production des matériaux biosourcés et leur emploi dans le BTP.

Pourquoi développer la production et l’utilisation des matériaux biosourcés ?

Les matériaux biosourcés présentent trois atouts principaux.

  1. Ils sont issus du monde végétal ou animal et donc d’une source renouvelable favorable à la protection de l’environnement,
  2. Ils peuvent contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ainsi qu’au stockage temporaire de carbone car leur production sont beaucoup génératrices de ces 2 éléments les plus néfastes pour notre planète et favorisant le réchauffement climatique,
  3. Par ailleurs, ils contribuent également le plus souvent au développement d’emplois locaux dans le cadre d’un tissu économique local, d’une économie solidaire et circulaire.

Quels atouts pour les maîtres d’ouvrages ?

Au delà de l’engagement éco-responsable que l’utilisation de ses matériaux promeut dans chaque opération, les matériaux biosourcés peuvent être de véritables atouts dans la construction ou la rénovation de bâtiments privés ou publics.

Un atout technique

Ces matériaux sont tout d’abords des matériaux de qualité, répondant à l’ensemble des codes de la construction et aux exigences techniques. Ils possèdent tous au préalable à leur mise sur le marché les labels techniques indispensables à la solidité, sécurité incendie et autres réglementations applicables.

Dans leur grande majorité les matériaux biosourcés présentent des performances reconnues tant sur le plan de l’isolation thermique que sur celui du confort hygrométrique. 

Ils sont dits perspirants, c’est à dire perméable à la circulation de l’air intra-moléculaire et donc meilleur pour la santé car peu enclin au développement de champignons et bactéries.

Leurs capacités d’insonorisation constituent un atout technique supplémentaire garantissant une bonne qualité de vie pour les habitants.

Un atout réglementaire

Les matériaux biosourcés sont au cœur des enjeux de la construction durable, et leur utilisation est encouragée par les pouvoirs publics, en cohérence avec les engagements du Grenelle de l’environnement.

En 2012, ce soutien a donné lieu à la création du label “bâtiment biosourcé”.

Depuis, la Loi sur la transition énergétique pour la croissance verte a confirmé cette orientation en incitant les maîtres d’ouvrage à employer les matériaux biosourcés en construction neuve et en rénovation.

Ainsi, l’arrêté du 12 octobre 2016 fait de l’utilisation de matériaux biosourcés (au taux correspondant au premier niveau du label Bâtiment biosourcé) un des critères requis pour justifier l’exemplarité environnementale d’un bâtiment, et peut alors ouvrir à la possibilité de bénéficier d’un « bonus » de constructibilité  sous réserve que ce dernier soit autorisé par le plan local d’urbanisme (PLU). Ce bonus peut aller jusqu’à 20%.

Un atout marketing

Dans une logique de promotion immobilière ou de communication politique l’emploi de matériaux biosourcés ou de la démarche labellisée “Bâtiment biosourcé” offrent une image de marque positive car favorable à une démarche éco-responsable et qui soutient l’économie locale dont les matériaux biosourcés sont souvent issus.

Entre autre le label “bâtiment biosourcé” peut être une bonne alternative à un label Haute Qualité Environnementale (HQE) beaucoup plus exigeant.

En conclusion, nous pouvons dire que l’utilisation des matériaux biosourcés est avant tout une démarche volontaire de chacun intervenant dans l’opération de construire: maître d’ouvrage, maître d’oeuvre, entreprises et experts doivent démontrer leur engagement dans cette démarche éco-responsable et citoyenne.

Mais les solutions existes, elles sont techniquement prouvées et peuvent même favoriser la promotion d’une opération.

Chaque opération ne pourra certainement pas aujourd’hui inclure ces matériaux biosourcés: filière encore en cours de développement, prix, expertise de mise en oeuvre… Des freins existent encore, mais la meilleure démarche est certainement d’étudier chaque fois que nécessaire le choix alternatif possible.

Pour aller plus loin  :

Rédactrice : Karine Hervouet – MBI.pm pour OpussAmo / Article 1 sur 3

2 commentaires sur “Construire biosourcé – #01 Décryptage”

  1. Retour de ping : Construire biosourcé - #02 | OPUSS AMO

  2. Retour de ping : Construire biosourcé - #0 | OPUSS AMO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.