Cycle de vie des constructions et gestion des consommations d’eau


L’eau est aujourd’hui au cœur des enjeux de protection de notre environnement.
Alors que des solutions techniques pérennes sont en cours de conception pour substituer les énergies fossiles, l’eau ne connaît pas d’alternative.
C’est dans cette perspective que les Nations Unies ont lancé en Mars 2018 la Décennie internationale d’action sur le thème « L’eau et le développement durable » qui se terminera le 22 mars 2028, dates de la Journée mondiale de l’eau. La Décennie a pour objectif de renforcer la coopération et d’établir des partenariats au niveau international pour une meilleure gestion de cette ressource et pour un partage plus équitable.
Bien que le marché de conception-réalisation puisse être mise en œuvre pour la commande privée ou publique, le contexte d’application réglementaire est bien différent.

Lancé lors du démarrage de cette décennie de réflexion et d’actions, ces 10 années insistent sur le développement durable et la gestion intégrée des ressources en eau à des fins sociales, économiques et environnementales, et sur la mise en œuvre et la promotion des programmes et projets connexes pour une meilleure gestion de l’eau.

A notre échelle, nous pouvons également mener des actions concrètes pour une meilleure gestion de cette ressource naturelle.

La gestion de l’eau dans les bâtiments est certainement l’enjeu majeur des pays développés.
S’engager pour une meilleure gestion de l’eau dans les bâtiments est un défi pour chaque intervenant et utilisateur tout au long du cycle de vie des constructions.

Pour cela, notre réflexion doit être menée pour toutes les étapes du cycle de vie des constructions et bâtiments:

  • Phase 1 / sa conception
  • Phase 2 / sa réalisation
  • Phase 3 / son exploitation et sa maintenance
  • Phase 4 / sa déconstruction.

Phase 1 – Faire des choix éclairés

Cette première étape est cruciale pour la gestion de l’eau pour tout le cycle de vie des bâtiments. Ainsi les équipes de concepteurs, architectes, ingénieurs, assistants à maître d’ouvrage insufflent par leur décisions conceptuelles l’esprit économe (ou pas) d’un bâtiment.
Dès la conception, un parti pris fort des équipes de concepteurs peut permettre une gestion de l’eau plus économe et respectueuse de l’environnement. Les solutions techniques aujourd’hui existent pour permettre une baisse de consommation de l’eau.
La préfabrication des bâtiments est un levier important pour économiser l’eau pour la phase de construction.
De même les modes de construction dits “secs” comme la construction bois sont également une bonne solution.
Enfin la conception même de tous les réseaux d’adduction d’eau et de distribution peuvent réellement faire la différence.

Par exemple:

  • Programmation de sous comptages permettant le monitoring des consommations
  • Programmation d’adduction d’eau non potable (ou d’eau de pluie récupérée) pour les sanitaires
  • Circuit fermé pour les points d’eau d’agrément
  • Robinetterie: limiteurs de pression, limiteurs de débit, douchettes économiques, mitigeurs thermostatiques, robinets automatiques. 

Phase 3 – Exploiter de manière raisonnée

La durée d’exploitation d’un bâtiment avant gros travaux est d’environ une cinquantaine d’années. Savoir gérer l’exploitation et la maintenance d’un bâtiment de manière économe est important.
L’exploitation et la maintenance économe en eau sera pour beaucoup la conséquence d’une bonne conception et réalisation du bâtiment.

Toutefois aux solutions esquissées précédemment, 2 axes de travail important peuvent être ajoutés:

  • Le monitoring et reporting:

La mise en place d’un travail de suivi précis des consommations de l’eau, mais également de la nature de leur rejet permettra de rester en alerte permanente sur les défauts éventuels des installations (fuites), mais aussi sur les défauts d’usage.

Plus le monitoring sera précis et permettra d’identifier les points d’adduction et de rejets, plus les actions rectificatives seront évidentes à mettre en œuvre.

  • La sensibilisation des utilisateurs

Les utilisateurs d’un bâtiment sont les premiers acteurs pouvant jouer un rôle important sur la consommation d’eau.

La mise en œuvre d’une politique de communication pour la  sensibilisation doit permettre à chacun d’être plus économe à titre individuel.

Cette communication doit poursuivre plusieurs objectifs complémentaires :

  • informer,
  • « conscientiser »,
  • proposer des actions, voire conduire les personnes ciblées à réfléchir à leurs pratiques et éventuellement à les revoir.

42% de l’eau consommée sur un chantier de construction est gaspillée, notamment lors du nettoyage des véhicules et du matériel.

Des solutions organisationnelles ou de phasage peuvent permettre d’économiser l’eau dans le cadre du déroulement de chantier. On peut par exemple chercher des ressources locales d’eau non potable, ou mettre en œuvre des systèmes de filtration/décantation pour la réutiliser, ou encore installer des récupérateurs d’eau de pluie temporaires directement sur le site de construction. Cette eau non potable et réutilisable peut être la solution de nettoyage, mais aussi d’usages pour les installations sanitaires (réservoir de toilettes en autre).

De même l’organisation et le phasage des travaux peut permettre une meilleure gestion de l’eau.
Le phasage tenant compte de l’ impact du climat et de la météo sur les opérations permettra une approche plus économique. Citons par exemple une astuce simple à mettre en œuvre: couler du béton.  Éviter ce travail durant  les jours et les heures les plus chauds, permet de limiter le besoin d’arrosage contre le fissurage.

Mais aussi:

  • équiper les tuyaux d’eau de raccords rapides qui coupent l’eau automatiquement après déconnexion ;
  • équiper les lances des tuyaux d’eau d’un système d’ouverture permettant un réglage du débit  ;
  • récupérer les eaux de lavage des centrales à béton, des véhicules, des goulottes des toupies après décantation (bacs de rétention).

La notion de déconstruction est de plus en plus prise en compte dans le domaine du BTP.

Aujourd’hui les équipes de concepteurs peuvent oeuvrer pour envisager dès la phase de conception des solutions de déconstructions plus favorables à la démolition simple d’un bâtiment.

Cette réflexion peut également permettre la réalisation d’économie de l’eau, dans l’esprit des solutions mise en œuvre en phase 2 / réalisation.

Des solutions existent. Il appartient à chaque acteur du bâtiment (du concepteur à l’utilisateur) de choisir une attitude éco-responsable pour une meilleure gestion de l’eau.

Pour chaque projet, petit ou grand, public ou privé, 3 axes de travail sont à étudier :

  • moins consommer, en mettant en oeuvre des solutions techniques éclairées lors de la phase de chantier et des installations adaptées pour l’exploitation des bâtiments,
  • mieux consommer, en ayant un suivi des équipements et des réseaux permettant d’identifier les dérives et d’agir rapidement, une sensibilisation des utilisateurs (induire des changements de comportement),
  • consommer autrement, grâce à la valorisation d’eaux alternatives à l’eau potable pour les usages moins nobles.

Le point de départ à tout cela est l’implication et la volonté de la maîtrise d’ouvrage dans la préservation de cette ressource indispensable car chaque #ChaqueGoutte compte!
OPUSS AMO peut vous accompagner pour l’ensemble des phases : Contactez-nous!

Pour en savoir plus :

Rédactrice : Karine Hervouet – mbimpresario.com pour OpussAmo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.