Aller au contenu

Pénurie, hausse des prix des matériaux…comment gérer l’incertitude ?

    photo of skyscrapers surrounded with clouds

    Le contexte actuel nous plonge dans une certitude de plus en grande !😲

    Faisons un tour d’horizon sur ce que l’on sait :

    • le coût des matériaux augmente (aggravation liée au Covid et au contexte géopolitique,
    • l’approvisionnement est complexe (surtout dans un contexte insulaire comme la Réunion),
    • la santé des entreprises (TPE, PME) est fragilisée et le remboursement du PGE (prêt garanti par l’Etat) ne va pas arranger les choses.

    Quels sont les principaux risques ?*

    • les contraintes budgétaires qui sont (et seront) de plus en plus fortes,
    • les délais d’approvisionnement seront sur le chemin critique,
    • les défaillances d’entreprises seront probablement plus fréquentes (j’espère me tromper…)

    * Il y en a d’autres mais le but ici n’est pas de vous faire une liste exhaustive mais uniquement de démontrer qu’il existe des risques à prendre en considération.

    Qu’est-ce que cela implique ? L’adaptabilité et la résilience seront les maîtres mots pour lancer et faire aboutir les opérations actuelles et à venir.

    Pour éviter de vous laisser sur cette tonalité plutôt négative, je vous propose quelques pistes à explorer pour s’adapter à cette situation :

     

    Définir la “vraie” contrainte 

    Dans la gestion de projet , on parle souvent du triptyque 🔺 : Coût – Délai – Qualité (ou périmètre ou performance).


    Je pense toutefois qu’il est primordial de définir en amont, la caractéristique qui est une (vraie) “contrainte” et celles qui relèvent du “critère”.
     Contrainte = paramètre qui ne peut pas être modifié :

    • Budget bloqué faut de financement complémentaire (on ne peut pas dépenser 1€ de plus)
    • Planning avec une date de livraison impérative pour des raisons d’exploitation
    • Performance ou périmètre à respecter absolument pour permettre une certification ou l’usage du bâtiment.

    Critère = paramètre sur lequel on a plus de flexibilité afin de respecter la contrainte

     

    Valider les échantillons, matériaux, équipements, au plus tôt

    Cela permettra aux entreprises de passer leurs commandes en amont et de sécuriser les délais d’approvisionnement. Il est à noter que les entreprises demanderont un acompte ou une avance afin de pouvoir payer leurs fournisseurs. Il faudra définir les modalités de remboursement en fonction de l’avancement du chantier.

     

    Instaurer un climat où la communication est favorisée

    On peut apprendre beaucoup de choses au cours des échanges (formels et informels).

    Détecter les signaux qui traduisent des éventuelles difficultés financières d’une entreprise. Cela peut vous aider à anticiper une éventuelle défaillance.

     

    Garder en mémoire que “pas cher coûte cher” surtout en temps de crise

    Méfiez-vous d’autant plus des offres anormalement basses.

    La défaillance d’une entreprise en cours de chantier est coûteuse en temps, gestion administrative et budget. Il n’est pas possible d’être certain de la santé financière d’une TPE ou d’un artisan mais si son offre est nettement inférieure à ses concurrents, il vaut mieux s’assurer de sa pertinence et de sa viabilité.

     

    J’espère avoir terminé cet article sur une note plus positive .😊

    Si vous avez d’autres pistes, contactez-moi pour que l’on puisse échanger.😉

    Cet article a été publié dans la newsletter, si vous souhaitez vous inscrire, cliquez ici

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :